Sahel : 4 défis à relever pour pouvoir stabiliser la région

Oxfam France appelle la France à relever 4 défis politiques et de développement afin de stabiliser durablement le Sahel.

Un an après l’intervention militaire française au Mali, de nombreux défis restent à relever pour une stabilisation durable non seulement du Mali, mais de l’ensemble du Sahel, relève l’ONG Oxfam France dans une note intitulée "Stabiliser durablement le Sahel : 4 défis qui restent à relever", publiée aujourd’hui. L’ONG souligne les efforts massifs indispensables pour rendre les populations plus résilientes face aux catastrophes naturelles, gérer les ressources liées aux industries extractives de façon juste et transparente, se donner les moyens de contrôler les flux d’armes et résoudre enfin le conflit du Sahara Occidental. Ces efforts doivent être consentis par les pays de la région et la communauté internationale, mais sur chacun de ces défis à relever, le rôle de la France est clé .

"Alors que les regards vont se concentrer au cours des prochains jours sur l’efficacité de l’action malienne, française et internationale, principalement d’un point de vue militaire, il ne faut pas perdre de vue la persistance d’autres causes structurelles d’instabilité et d’insécurité. Si ces dernières ne sont pas traitées de façon adéquate, le Sahel ne pourra pas se stabiliser durablement et se développer", souligne Nicolas Vercken d’Oxfam France.

"Par exemple, l’insécurité alimentaire et les conflits communautaires s’autoalimentent ; avec 13 millions de personnes en insécurité alimentaire au Sahel à la fin de l’année dernière, et une baisse de la production céréalière de 12%, la crise et les conflits ne sont jamais très loin. Il faut dès maintenant mobiliser des moyens financiers et aider les populations vulnérables à se prémunir face à toute crise ou besoin aigu qui pourraient se déclarer en 2014. Surtout, il faut renforcer la résilience des populations sahéliennes et investir davantage dans des programmes à long terme de protection sociale, ainsi que dans des stocks alimentaires nationaux et de proximité".1

L’ONG appelle également la France à revoir sa position stratégique sur le conflit du Sahara Occidental, qui dure depuis 38 ans, et qui menace la sécurité et la stabilité durable des populations et des Etats du Sahel.

"La France doit prendre des mesures décisives pour mettre un terme au statu quo et œuvrer dans les meilleurs délais à la résolution du conflit, en s’assurant du respect du droit international.", ajoute Nicolas Vercken.

La note relève enfin le rôle clé de la gestion des ressources naturelles dans la région et revient sur la nécessité d’améliorer dans tout le Sahel la transparence dans la gestion des ressources naturelles.

La gestion opaque des ressources naturelles et d’allocation injuste de leurs revenus alimentent la frustration des communautés dans toute la région et, en pratique, peuvent contribuer à renforcer la capacité de mobilisation de différents groupes d’opposition armée.

L’opacité actuelle de la renégociation du contrat entre Areva et l’Etat du Niger démontre bien les tensions sur ce sujet et les pressions exercées sur des pays qui peinent à imposer leurs législations nationales à des grandes multinationales.2

"Depuis un an, les efforts – militaires, diplomatiques et financiers – de la communauté internationale, et en particulier de la France, ont été considérables pour tenter de stabiliser et de pacifier le Mali et, au-delà, l’ensemble de la bande sahélienne. Mais, pour sécuriser durablement les populations du Sahel et valoriser les investissements déjà consentis, il faut raisonner à long terme et se donner les moyens politiques et financiers de mener sur tous ces dossiers le "combat" pour la stabilisation du Sahel", conclut Nicolas Vercken. 

Contact

Magali Rubino
Responsable des relations média
mrubino@oxfamfrance.org
01 56 98 24 45  / 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

  1. En 2013, la production céréalière dans les pays sahéliens a baissé de 12% par rapport à l’année précédente.
  2. "Niger, à qui profite l’uranium", note d’information Oxfam France / Rotab, novembre 2013

La note d’Oxfam France "Stabiliser durablement le Sahel : 4 défis qui restent à relever" relève également les risques que présentent pour la région les flux incontrôlés d’armes à travers des frontières poreuses et recommande à tous les pays de signer, ratifier et mettre en œuvre sans délai le Traité sur le Commerce des armes adopté au sein des Nations unies en 2013, alors qu’à l’heure actuelle seuls le Mali et le Nigeria l’ont ratifié à travers tout le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest.

;