Taxe sur les transactions financières : le développement reste sur le banc de touche

Faisant suite à l'annonce officielle de François Hollande lors de la Conférence Internationale sur le sida de {{[la création d'une véritable Taxe Robin des bois en France->https://www.oxfamfrance.org/Une-vraie-Taxe-Robin-des-Bois,1439 ]}} mardi 24 juillet, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a devancé le Conseil des Ministres et la fin des négociations au sein du gouvernement français en indiquant que 10% de ses revenus iraient à l'aide publique au développement.[[Déclaration de Laurent Fabius lors d'une audition devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale :  » Pour la taxe sur les transactions financières, il est envisagé (…) qu'un pourcentage, on a parlé de 10%, soit attribué au développement. »]]

Une annonce très insuffisante pour Oxfam France.

Selon Sébastien Fourmy, directeur du plaidoyer d'Oxfam France :

« Si Oxfam France a salué les propos de François Hollande hier, elle pointe cependant les contradictions entre l'engagement fort affiché par le Président lors de ses derniers sommets internationaux et le montant finalement annoncé en faveur du développement : 10% de la taxe sur les transactions financières prévue en France rapporterait 150 millions d'euros par an. C'est trop peu compte tenu des engagements de la France et des besoins des populations concernant la lutte contre la pauvreté et le changement climatique. »

« Comme le souligne le dernier rapport de la cour des comptes, pour tenir ses engagements d'ici à 2015, l'aide publique au développement française devrait presque doubler. 150 millions d'euros suffiront à peine à faire démarrer le Fonds vert mondial qui doit recevoir 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020. »

« La France doit être doublement plus ambitieuse : elle doit d'abord verser intégralement les revenus de la taxe sur les actions françaises aux défis globaux. Une telle taxe doit ensuite être élargie aux produits dérivés les plus spéculatifs, et ses taux plus ambitieux. Une taxe bien conçue peut rapporter près de 12 milliards d'euros par an en France, permettre de lutter contre la spéculation effrénée et d'atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement. 150 millions d'euros pèsent bien peu en comparaison des 489 millions d'euros de bonus versés par la BNP Paribas en 2011. »

Contact presse

Pierre Motin – motin@oxfamfrance.or – 01 77 35 76 10 – 06 12 12 63 94

Aller plus loin

n savoir plus sur la Taxe Robin des boi

Contact

Notes aux rédactions

;