Alors que le projet de loi de financement pour 2020 vient d’être présenté, Oxfam France déplore le manque d’ambition du Gouvernement pour répondre à l’urgence sociale et climatique. L’ONG en appelle aux parlementaires pour réorienter les choix budgétaires pour plus de justice et de solidarité.

 

Impôt sur le revenu : les classes moyennes privées d’une réduction d’impôts de 103 euros pour continuer à faire des cadeaux aux plus aisés

Pour Oxfam France : « Le Gouvernement se targue d’une baisse d’impôt historique pour les ménages, en réponse à la crise des gilets jaunes. Mais contrairement aux annonces, la réforme ne bénéficiera pas qu’aux classes moyennes mais aussi aux contribuables très aisés. Par exemple, un célibataire gagnant plus de 6 500 euros nets par mois verra son impôt sur le revenu sur le revenu baisser. Après la suppression de l’ISF et la mise en place de la flat tax, les contribuables les plus riches ne sont toujours pas mis à contribution. Oxfam a calculé que si, au contraire, la baisse de l’impôt sur le revenu était concentrée sur la 1ère tranche d’imposition – soit uniquement sur 70% des foyers fiscaux – cela permettrait un gain annuel estimé jusqu’à 453 euros, soit en moyenne 103 euros de plus que la proposition gouvernementale [1]. »

L’ONG s’inquiète par ailleurs du financement de ces réductions d’impôts : « Qui va payer la facture ? La suppression des niches fiscales aux entreprises ne couvrira finalement qu’à peine 12% du montant nécessaire. Seulement 600 millions d’euros de recettes espérées quand le gouvernement s’était engagé sur au moins 2,5 milliards en avril dernier ! Il y a fort à craindre que le gouvernement décide de couper dans les prestations sociales et les services publics dont certains sont déjà en grande souffrance. »

Oxfam appelle l’Etat à se doter d’instruments pour évaluer annuellement et publiquement l’impact du budget sur le pouvoir d’achat des français, des 1% les plus pauvres aux 1% les plus riches : en plus d’un budget vert, nous demandons un budget juste ! [2].

Aide Publique au Développement : décrochage des engagements

Pour Oxfam France : « Concernant l’aide publique au développement, le gouvernement n’a prévu qu’une hausse marginale de 210 millions d’euros en 2020 : c’est 8 fois moins que ce qui est nécessaire pour rattraper le retard de 2018 et tenir les engagements d’Emmanuel Macron [3] de consacrer 0,55% du revenu national brut à la solidarité internationale d’ici 2022 ».

Climat : un PLF crucial pour concrétiser les annonces présidentielles

Pour Oxfam France : « Face à l’urgence climatique, il est temps de mettre fin aux subventions publiques aux énergies fossiles de Bpifrance Assurance Export. L’Etat a ainsi soutenu ces énergies climaticides à hauteur d’au moins 2 milliards d’euros depuis 2015 [4]. Lutter contre les changements climatiques ou défendre les intérêts privés de l’industrie fossile, la France doit choisir ! Emmanuel Macron a fait des annonces fortes dans ce domaine cette semaine à New-York, les parlementaires doivent les traduire en actes ».

Contact presse :

Pauline Leclère – 07 69 17 49 63 – pleclere@oxfamfrance.org

Notes aux rédactions :

[1] – Rapport Oxfam France « Impôt sur le revenu : la réforme qui valait 5 milliards », 30 juin 2019
[2] Etude Oxfam France, ATD Quart Monde, Réseau Action Climat et Secours catholique « Climat et inégalités : plaidoyer pour un budget vers et juste », 24 septembre 2019
[3] Note de Coordination Sud, Un PLF 2020 crucial pour l’aide publique au développement, 27 septembre 2019
[4] Rapport Oxfam France, Amis de la terre et le RAC « Cachez ces fossiles que l’on se saurait voir », 11 juillet 2019

;