L’action directe d’Oxfam face aux changements climatiques

Depuis sa création, Oxfam a une priorité : soutenir les populations les plus vulnérables du monde entier, qui subissent au quotidien les conséquences de choix politiques et économiques. 100 millions de personnes supplémentaires risquent de tomber dans l’extrême pauvreté d’ici 2030 du fait des changements climatiques. Ce n’est pas seulement un chiffre. Nous sommes chaque jour les témoins de cette réalité. Chaque jour, Oxfam agit dans le monde entier pour soutenir les populations impactées, développer avec elles des solutions durables et faire ainsi en sorte que changements climatiques ne soient pas synonymes de vies brisées.

Le quotidien de Hooran, Mako, Lucas, Mahamud et de tant d’autre est d’ores et déjà bouleversé par les conséquences directes des changements climatiques. Oxfam met tout en œuvre, partout dans le monde, pour les soutenir, en urgence et sur le long terme, afin de leur permettre de reconstruire leur vie, de s’adapter aux changements climatiques et de ne pas tomber dans la pauvreté.

Au Pakistan, l’adaptation aux changements climatiques est un enjeu vital pour les populations

1,8 million de personnes vivent aujourd’hui dans le district de Badin, au Pakistan. 70% d’entre elles habitent en zone rurale. Les conditions de vie dans la région ont largement été impactées par l’évolution des pluies et la dégradation des terres du fait de l’intrusion progressive d’eau de mer. Plus d’inondations et un accès restreint à l’eau potable impactent fortement la production agricole.

Pour les habitant-e-s de la région, les opportunités économiques s’en trouvent limitées, dans une région isolée, très largement dépendante de l’activité agricole. Les conséquences en sont immédiatement visible :

  • retrait des enfants de l’école pour venir soutenir leur famille,
  • nécessité de souscrire à des prêts ou des crédits,
  • limitation des soins de santé,
  • migration vers les centres urbains afin de trouver de nouvelles opportunités économiques, augmentant alors la charge de travail des femmes restées dans la région et les risques d’insécurité pour celles-ci.
Face à cette situation, Oxfam agit avec les populations locales.
« Nos récoltes ont commencé à décroître. Nous avions l’habitude de cultiver du riz, de la canne à sucre et du coton. Lorsque ce que nous cultivions a commencé à baisser, nous avons dû vendre notre bétail pour survivre. » raconte Houran, agricultrice pakistanaise de 40 ans, qui vit dans la région de Badin.
« En 2003, un cyclone et des inondations ont détruit toutes nos cultures et nos terres agricoles. Dans le village, les vies de beaucoup de personne ont été impactées.

L’eau que nous puisons du sol n’est plus aussi douce qu’avant. Avant, elle était potable. Mais à cause de l’infiltration d’eau de mer et des conséquences des changements climatiques, l’eau est devenue amer, plus salée. Nous manquons de plus en plus d’eau potable. Dans le passé, nous n’en manquions jamais.

A cause des changements climatiques, les pluies deviennent également de plus en plus imprévisibles. Parfois, il ne pleut pas du tout. Le climat est de plus en plus extrême.

La malnutrition engendre de l’anémie pour les femmes enceintes et il y a de plus en plus de complications au moment des naissances. Les nouveau-nés sont de plus en plus maigres et souffrent de malnutrition, à cause de l’état de santé de leur mère et du manque de nourriture. C’est le cas de mes enfants. »

Oxfam accompagne les agricultrices et les agriculteurs du Pakistan afin de les aider à s’adapter aux changements climatiques et développer d’autres types de cultures et de nouvelles pratiques.

Comme à d’autres femmes de sa communauté, Oxfam a permis à Hooran de se former sur les techniques d’adaptation aux changements climatiques et à la réduction des risques de catastrophes. Ces formations ont permis de mettre en avant les risques induits par l’utilisation de pesticides, l’impact de la coupe d’arbres sur le climat et les sols ou encore les bénéfices pour l’alimentation des familles d’entretenir un potager.

Hooran a également suivi une formation pour lui permettre de développer des moyens de subsistance complémentaires. Elle a par exemple participé à des cours de coutures, afin de pouvoir gagner un revenu complémentaire en réalisant des sous-vêtements. Ces ventes lui sont aujourd’hui nécessaires pour pouvoir acheter des produits d’hygiène, dont le besoin est de plus en plus grand du fait du manque d’eau et d’une eau de plus en plus impropre à la consommation.

Hooran a également reçu un appui pour renforcer le rôle et la place des femmes au sein de la communauté.

Je fais un don à Oxfam France

En Ethiopie, des sécheresses plus intenses et récurrentes impactent la vie des communautés pastorales

Mahamud, Mako et leur enfant vivent en Ethiopie, dans la région de Somali, où ils élèvent du bétail.

« Notre plus grand problème est le manque d’eau. Notre bétail n’a pas assez à manger, il est amaigri et malade. Je dois parfois me déplacer pendant des jours avec le troupeau pour trouver des points d’eau et à manger. Je ne peux pas décrire ce que c’est. Tu continues juste de marcher, en espérant trouver de l’eau et de la nourriture » raconte Mahamud.

Depuis le mois d’août 2018, Oxfam a mis en place un programme dans la région afin d’aider les communautés pastorales à diversifier leurs sources de revenus, et s’assurer que les familles aient toujours de quoi se nourrir. L’expertise d’Oxfam en matière d’accès à l’eau permet que 16 800 personnes aient accès à une source d’eau potable. Ce projet permet également de construire des systèmes d’irrigation, de donner accès à des semences plus résistantes et à des outils, de former et accompagner les populations pour qu’elles aient accès aux marchés locaux.

En Ethiopie, Oxfam mène un programme agricole pour soutenir les communautés pastorales impactées par les sécheresses.
En Ethiopie, dans la région de Somali, Oxfam mène un programme agricole pour soutenir les communautés pastorales impactées par les sécheresses. Crédit : Kieran Doherty/Oxfam

Répondre en urgence aux inondations en Inde

A l’été 2018, la saison des moussons en Inde a été marquée par des pluies inhabituellement importantes. Dans l’état de Kerala, les pluies et les glissements de terrain ont entrainé des destructions massives. Plus d’un million de personnes ont été affectées et un très grand nombre ont été contraintes de se déplacer.

Oxfam Inde a apporté un soutien d’urgence, en assurant l’accès à de l’eau potable, à des produits d’hygiène pour éviter la propagation d’épidémies, à une aide alimentaire et des abris. La plupart des personnes impactées tiraient leurs revenus de l’agriculture ou du travail dans les rizières. Cette catastrophe a détruit leurs moyens d’existence sur le long terme. Oxfam les accompagne pour leur permettre de reconstruire durablement leur vie.

En Somalie, toutes et tous mobilisé-e-s pour faire face à la sécheresse

Depuis 2016, la Somalie fait face à une intense sécheresse. Comme dans l’ensemble de la Corne de l’Afrique, les changements climatiques accentuent les sécheresses tout en les rendant plus fréquentes. Les populations, à majorité pastorales et nomades, ont vu leurs troupeaux dépérir et avec eux leurs moyens de subsistance.
La situation ne fait que s’empirer. En mars 2019, 4,9 millions de personnes étaient en état d’insécurité alimentaire et 2,6 millions de personnes avaient été contraintes de se déplacer.
Oxfam est mobilisée en Somalie, afin d’aider les communautés à faire face aux changements climatiques et notamment à affronter la sécheresse qui frappe le pays. Oxfam lutte contre les maladies liées à l’eau insalubre et prévient les risques de conflits induit par un accès limité à l’eau.
En 2018, 375 000 personnes ont pu être soutenues dans les régions les plus impactées de Somalie. Oxfam y a déployé l’ensemble des moyens à sa disposition afin d’assurer un accès à l’eau potable au plus grand nombre, à travers le déploiement de camions citernes et la réhabilitation de points d’eau.

Lorsque la situation le permet, Oxfam a également développé des solutions innovantes afin d’assurer un accès pérenne. C’est ainsi qu’ont pu être installées des stations de désalinisation de l’eau, alimentées à l’énergie solaire. Ces installations changeront durablement la vie de milliers de personnes dans la région.

Je fais un don à Oxfam France

Ensemble, continuons d’agir contre les causes des changements climatiques

Témoin des conséquences directes des changements climatiques pour les populations les plus vulnérables de la planète, Oxfam se mobilise aussi pour agir contre les causes de ceux-ci.

Pour cela, nous faisons pression sur les responsables politiques afin que des mesures fortes et ambitieuses soient prises en faveur de la justice climatique. Car si les populations les plus pauvres subissent de plein fouet les effets des changements climatiques, elles en sont les moins responsables. Les 50% les plus pauvres de la planète ne sont en effet à l’origine que de 10% des émissions de CO2 mondiales liées au mode de consommation. Alors que les 10% les plus riches sont responsables de 50% de ces émissions. 

Maintenons la pression ensemble ! Rejoignez le mouvement ! 

Je signe la pétition