La taxe Robin des bois : votre soutien en résultats !

Comment 6 années de combat ont permis une avancée significative contre la pauvreté
30/06/2017

En février 2011, nous avons lancé la campagne "Taxe Robin des bois" avec nos partenaires, ATTAC et AIDES. Notre demande est simple : mettre en place une taxe sur les transactions financières (dite TTF) dont les revenus doivent permettre de lutter contre la pauvreté et contre les conséquences des dérèglements climatiques.

Il s'agit d’une toute petite taxe (à hauteur de 0,01% à 0,1% seulement) contraignant le secteur financier responsable de la crise économique et très peu taxé jusque-là à participer au développement des pays les plus pauvres.

Nous avons été traité d'utopistes, et pourtant... la taxe est devenue une réalité dès 2012 en France et rien qu'en 2016, elle a permis de générer près de 500 millions d'euros pour la lutte contre la pauvreté ! Et ceci, grâce à votre soutien : merci pour cette victoire !

2017 : les lobbies de la finance ou les peuples et le climat, pour qui penchera Emmanuel Macron? 

Lors des élections présidentielle et législative 2017, nous avons obtenu des engagements des différent-e-s candidat-e-s sur la taxe européenne sur les transactions financières.

Emmanuel Macron ne s’est cependant pas prononcé sur le sujet durant la campagne. Lors d’une réunion avec les associations, suite à son élection, il s’est engagé à étudier la question de la TTF au niveau européen. Mais les lobbies financiers font également pression en essayant de montrer en quoi la TTF est un danger pour la France et l’Europe ! Ainsi, la taxe française sur les transactions financières est elle aussi remise en cause à travers un rapport à charge de la Cour des Comptes paru fin juin 2017. Les conclusions de ce rapport reprennent les  arguments des lobbies financiers, qui sont fortement biaisés (voir notre questions / réponses sur la TTF). 

2016 : un demi-milliard d’euros pour vacciner les enfants des pays les plus pauvres

La TTF Française a rapporté un milliard d’euros en 2016 et, grâce à un travail de pression, nous avons obtenu que la moitié des revenus soit utilisée pour lutter contre la pauvreté. Ainsi, en 2016, une partie des fonds issus de la TTF ont contribué à la vaccination de nombreux enfants dans les pays pauvres, les sauvant de maladies mortelles mais évitables.

2015 : les actions de soutien à la TTF européenne continuent 

En 2015, nous avons remis une pétition réunissant 1,1 million de soutiens en faveur d'une taxe solidaire sur les transactions financières à François Hollande afin qu’il soit le leader de la TTF au niveau européen et qu’il influence ses homologues. 


Remise de la pétition à François Hollande

2014 : trois ans pour faire naître une TTF au niveau européen

Au printemps 2014, 10 pays européens s’engagent avec la France pour définir une taxe sur les transactions financières européennes qui doit voir le jour en 2017. Forts de nos victoires au niveau français, nous redoublons d'énergie pour agir au niveau européen. En effet, une taxe européenne pourrait rapporter jusqu'à 22 milliards d’euros. Et 34 milliards d'euros par an, c'est 80% du montant annuel qu'il faudrait pour en finir avec la faim d'ici à 2025.


Action de mobilisation dans 4 villes européennes pour la TTF.

2013 : la TTF française enfin au service de la lutte contre la pauvreté et les conséquences du changement climatique

En mai 2013, 24 millions d’euros issus de la taxe française sont affectés à des programmes d’accès aux soins de santé pour les enfants du Sahel. Un premier pas vers une vraie « Taxe Robin des bois » !

Le 22 janvier 2013, la TTF prend une dimension européenne. Ainsi, sous l’impulsion franco-allemande, 11 pays européens (10 aujourd'hui) s’engagent à introduire une telle taxe, de manière commune, dans leur pays.

2012 : une grande victoire d’étape avec la TTF française

A l'été 2012, suite à 18 mois de campagne, la France a effectivement mis en place une taxe sur les transactions financières.

Cette taxe demeure imparfaite : toutes les transactions ne sont pas taxées et il n’y a aucun engagement sur la part des revenus de la taxe qui doit être mis au service de la solidarité et du développement. Pour le moment, le montant qui va servir au développement est redébattu chaque année à l’automne. Cette aide pour le développement doit devenir un acquis !

2011, un début de campagne sur des chapeaux de roue en France

En novembre 2011, le sommet du G20, réunissant les vingt pays les plus riches se tenait en France et nous voulions que l'idée d'une taxe sur les transactions financières y soit débattue. Comme il s'agissait de mettre les revenus de cette taxe au service de la solidarité, nous l'avons nommée taxe Robin des bois.

Ainsi, l'année 2011 a été rythmée de conférences débats, d'actions de rue, de rencontres avec les décideurs au niveau français et européen, d'articles dans les médias.

En novembre 2011, lors du G20 qui se tenait à Cannes, nous avons remis une pétition signée par 500 000 personnes au Président de la République pour qu'il soutienne la taxe au niveau français, européen et international


Pétition avec 500 000 signatures remise à Nicolas Sarkozy pour qu'il soutienne la taxe au niveau français, européen et international.


Actions de rue en parallèle du sommet du G20 pour attirer l'attention des médias et des décideurs politiques.

Bien sûr, pour mener une telle action, nos experts ont mené un travail de recherche pour construire des recommandations et pouvoir présenter les avantages d’une telle taxe aux responsables politiques du monde entier !

Tout ce travail, vous le rendez possible. Merci.